Le mag éco

La Générale de Manutention Portuaire (GMP) veut accompagner les évolutions du transport maritime, tant dans le gigantisme croissant des navires que la hausse des trafics du conteneur frigorifique (reefer). Le manutentionnaire, l’un des 3 exploitants des terminaux de Port 2000, au Havre, s’est engagé dans un vaste programme d’investissements en 2017 et 2018.

 

Ces investissements doivent permettre, selon le directeur général de GMP, Louis Jonquière, d’ « adapter nos installations à la taille grandissante des navires, avec une capacité en hauteur beaucoup plus importante que celle qui était prévue à l’origine ». En 2017, GMP va gagner une rangée de conteneurs supplémentaire en largeur, sur six portiques de manutention de première génération, installés à Port 2000 en 2006 : ils passent ainsi d’une portée de 22 à 23 rangées, une opération qui a nécessité de faire modifier par le constructeur la chaîne cinématique des engins.

 

Entre fin 2017 et le premier trimestre de 2018, une importante opération de jumboïsation va également consister à rehausser la hauteur de levage des quatre autres portiques, acquis en 2011 : ils passeront de 40 à 49 mètres de haut.

 

250 prises reefer supplémentaires

Par ailleurs, concernant ses équipements dédiés au froid, GMP veut « garantir une capacité de traitement accrue et répondre au développement de l’activité » : le manutentionnaire déploie ainsi sur son Terminal de France plus de 250 emplacements frigorifiques supplémentaires, portant ainsi à terme la capacité totale des emplacements reefer à 850. Enfin, l’opérateur renforce son parc existant de chariots cavaliers : GMP fait ainsi l’acquisition d’une trentaine de cavaliers neufs, réceptionnés cette année et en 2018, tous équipés d’une motorisation diesel-électrique.

 

Filiale à 100 % de la joint-venture entre DP World et Terminal Link (filiale de CMA CGM et de China Merchant Holdings International), GMP emploie 1 150 personnes, dont plus de 900 dockers et avait investi 150 millions d’euros en 2006, puis 120 millions d’euros en 2010 dans le Terminal de France.

 

 

Photo : L'un des portiques de la GMP sur Port 2000 © Vincent Rustuel