Le mag éco

Des activités de maintenance et d’aménagement de yachts, bientôt une réalité au Havre ou pour les entreprises havraises ? Le sujet suscite une curiosité certaine, comme en témoigne la quarantaine d’acteurs économiques présents le 20 juin à la réunion de sensibilisation co-organisée avec la Chambre de commerce et d’Industrie Seine Estuaire et la Chambre des métiers et de l’artisanat de Seine-Maritime.

 

« On a senti une étincelle, un intérêt », résume Alexandre Perdriel, directeur général du Havre Développement. Cette réunion a attiré des entreprises du domaine nautique : des artisans, ingénieurs, métallurgistes ou encore assureurs ont également montré leur intérêt. En effet, les chantiers de maintenance et de réparations de yachts, dont les chiffres d’affaires se chiffrent en dizaine de millions d’euros, couvrent des activités allant de la mécanique à l’artisanat de luxe. Pour exemple, cité par Didier Chomat, expert en ce domaine, ce céramiste installé dans le sud de la France qui a réalisé des pièces de vaisselle personnalisées au nom des yachts.  

Cette réunion a permis d’identifier des entreprises déjà positionnées sur les marchés du  yachting, désireuses de participer au développement d’une activité liée à la grande plaisance.

 

Pour transformer cette étincelle, il est important désormais de  regrouper les acteurs  pour mettre en valeur leurs compétences et leur complémentarité. « Peut-être ailleurs qu’au Havre dans un premier temps », souligne Alexandre Perdriel.

Florence Vareilles, précédemment responsable de chantiers dans le Sud Est de la France, a présenté son entreprise  « Le Havre Shipyard » ; son objectif est de développer un chantier de réparation et maintenance pour bateaux, notamment de grande plaisance. Son témoignage a permis d’évoquer la nécessité de mettre en place  une force commerciale et une coordination entre les différentes activités

 

Les acteurs institutionnels (Le Havre Développement et ses partenaires, principalement la Chambre de commerce et d’industrie Seine Estuaire et HAROPA - Port du Havre) s’attachent d’ores et déjà à étudier les conditions d’accueil des activités de maintenance au Havre, via les formes de radoub et des espaces à flot.

 

A lire en complément : Le Havre peut-il naviguer sur les marchés de la grande plaisance et du yachting ?

 

Photo : Réunion de sensibilisation aux marchés de la grande plaisance, le 20 juin à la CCI Seine Estuaire